LE JOUR J'AI ACCEPTÉ MON CORPS

Je suis sur Instagram depuis maintenant quatre ans. Je me rappelle encore de mes premières photos. J’étais torse nu en permanence. Pourquoi ? Car je venais de m’offrir un coach personnel pour prendre soin de mon corps et avoir les muscles dont j’avais toujours rêvé. 

Faisant beaucoup de sport j’ai longtemps voulu ressembler à tous ces hommes parfaits que je likais. Mon quotidien était rythmé par la musculation les allers/retours chez Décathlon pour me ravitailler en boisson hyper protéinée. Je postais très souvent des photos de moi pas vraiment vêtu. C’était clairement la course aux likes. La course à l’envie d’être accepté et apprécié par ma communauté. Cela a marché. J’ai gagné beaucoup d’abonnés en peu de temps. Embrigadé dans ce mécanisme, je me sentais désiré. Comprenant bien plus tard que c’était totalement ridicule je n’étais vu à mon sens, uniquement comme une coquille vide, un objet de fantasme. Cela m’allait au départ, car je récoltais ce que j’avais semé. J’étais venu chercher une certaine reconnaissance, que j’ai amplement trouvé. 

 

En déménageant à Paris en 2016, avec mon rythme de travail, le quotidien parfois lourd pour diverses raisons personnelles, je me suis rapidement passé de cette discipline trop drastique. J’ai commencé à voir mon corps changer. Je me sentais à la fois mal et terriblement bien. Mal car je payais un abonnement tous les mois et bien car je prenais un plaisir fou à faire autre chose que de sculpter mon corps. C’était un sentiment très ambivalent. Tiraillé entre l’envie d’être à nouveau comme avant et le désir de faire clairement autre chose de mon temps libre. J’ai progressivement changé de style de photos sur Instagram. L’intention de justifier mes efforts sportifs n’était plus vraiment présente. Partageant mes coups de cœur mode, café et food et l’interaction avec les followers sur ces sujets, j’ai innocemment compris que j’avais de la valeur à faire autre chose. De la capacité à aborder des sujets beaucoup plus profonds et sensés plutôt que d’exposer un corps que je n’avais plus. 

 

Je me suis éloigné une bonne fois pour toute, de ces selfies, abdominaux, gros pectoraux. Je me suis promis désormais que si je devais faire du sport, c’était pour moi et personne d’autre. Voulant avant tout être crédible auprès de ma communauté, j’ai changé de sujets éditoriaux pour capitaliser sur des valeurs sures. L’idée était de passer de ce garçon fan de sport qui ne voit que par l’apparence au garçon bourrés de complexes, qui ne demande qu’une chose, s’exprimer sur des sujets de fond. M’écartant des standards d’instagram, j’ai pour la première fois respirer. Je me suis senti beaucoup plus utile et légitime à utiliser cette plateforme. 

 

Je suis le premier à liker des hommes musclés, parfois dénudés simplement parce que c’est beau. Je n’ai plus cet automatisme de me dire « je veux être comme eux, c’est mon objectif ».

Ayant murit sur l’idée que, de toute façon je ne reviendrai jamais au niveau physique d’avant, je me suis fais une raison. Je l’ai accepté. Pourquoi ? Car j’avais pris cette décision délibérée d’avoir de la valeur pour moi-même. Je me suis convaincu que j’avais certainement autre chose à apporter que des clichés dénudés, ou bien selfies. 

Je ne dis pas que ceux qui procèdent ainsi sur Instagram sont dénués d’intelligence ou ne sont pas évolués. Je pense avant tout que chacun vient pour un but précis en allant sur cette application qui soit conscient ou inconscient. Cet objectif est très personnel. Il vient combler un manque, nourrir une envie ou un besoin de liker ou exposer du contenu.

 Il n’appartient qu’à soi de rester fidèle à ce que l’on veut montrer. 

©2019 by 1m62 / Camille JOLLY