MA RECONVERSION PROFESSIONNELLE

partie 1

Comme vous avez pu le voir sur mon compte Instagram, je partage de plus en plus ma passion pour le café. J’ai décidé après de nombreuses années de réflexion de me lancer dans l’aventure. J’ai choisi d’apprendre le métier de barista et de conserver mon activité de blogueur.

 

L’univers du café de spécialité est une passion que j’ai depuis très longtemps. J’ai toujours adoré arpenter les rues à la recherche de nouveaux coffee shop à découvrir. En dégustant mes cafés, je me laissais à penser que moi aussi un jour je pourrais peut-être passer derrière le comptoir et vivre de ma passion. C’est souvent resté dans un coin de ma tête. J’ai fais des études dans le management de la mode puis j’ai occulté petit à petit cette envie de devenir barista. J’ai malheureusement été atteint d’un cancer en 2012. Ce qui a freiné ma vie et mes perspectives d’avenir pendant presque 7 ans. Et pendant ces années, j’ai fais le choix de trouver un travail dit « alimentaire » pour assurer mon quotidien. J’ai commencé à travailler sur le café durant mes moments libres mais je ne me sentais pas forcément prêt et trop préoccupé par mon travail de l’époque. J’ai donc fais le choix de rester et d’évoluer dans le milieu du commerce.

J’ai commencé en étant vendeur en renfort pour les soldes. Puis de fil en aiguille, j’ai su faire ma place pour devenir responsable de magasin.  Je suis arrivé en juillet 2016 à Paris pour prendre la direction d’une boutique. J’ai pendant trois ans enchainé les semaines à rallonge, sans en plus finir. J’ai été rapidement dépassé par la situation. Je n’avais plus vraiment de vie. Pourquoi ? la demande de productivité toujours incessante malgré une absence de personnel sans remplacement, la clientèle très difficile, la pression hiérarchique. J’étais devenu « esclave » de mon travail. Je me sentais prisonnier d’une situation qui tournait en boucle sans forcément trouver la solution. Je ne vous parle pas des fois ou je me suis fais insulter, agresser par les clients … J’ai touché plusieurs fois la limite du supportable. J’ai cru trouver la solution. 

 

J’ai tenté d’évoluer en interne en intégrant le service merchandising. Je suis passionné par la mise en valeur des produits en intérieur et en vitrines magasins. Mais l’instabilité commerciale, les belles paroles, le turn over et les fausses croyances m’ont clairement donné envie de frapper à d’autres portes. Il fallait que ça bouge !  Suite à mes entretiens décrochés, C’est muni de mes cv que j’ai arpenté les rues de Paris pour présenter ma candidature. J’étais confiant et déterminé. Les recruteurs étaient plutôt réceptifs à mon profil et je sentais que mon expérience terrain était un vrai avantage. Mais le fait de ne pas avoir le titre spécifique de Visuel Merchandiser mais responsable de boutique, stoppait mon élan. Une candidature, puis deux, puis trois, puis quatre… Que des réponses négatives, quand j’avais un retour ! Car oui, la spécialité des personnes qui sélectionnent notre profil c’est aussi de recevoir les gens mais de ne pas donner de réponse… Il y a de quoi être frustré quand on s’investit pour une rencontre et qu’il n’y a rien derrière, ni même une réponse négative. J’ai tenté ma chance aussi de nombreuses fois sur les sites LinkedIn, Fashion Job. J’ai eu très peu de retours voire aucun. C’en était à se demander réellement si tout ça servait à quelque-chose. J’ai pris du recul et fait le bilan d’une situation qui n’avait pas d’issue. Mon objectif ? Faire enfin quelque-chose que j’aime ou je me reconnais et ou je suis reconnu pour mes compétences. J’ai compris que je n’aurais jamais mes chances d’évoluer dans un domaine dans lequel j’avais de la bouteille !

Pourquoi ? Car je n’avais pas l’expérience dédiée à la fonction de Visuel Merchandiser. J’avais cette « casquette » principale de manager, et ensuite celle de visuel. Mais ça n’a jamais suffit. J’ai conscience qu’il y a aussi et bien sur, des candidats plus expérimentés que moi. Ce que je demandais ?

 Qu’on me laisse ma chance. C’est un problème très fréquent qu’on voit sur les annonces… « expérience exigée… » comment voulez-vous que nous ayons de l’expérience si personne ne nous laisse une chance au moins une fois ? 

 

Je ne regrette pas ces années qui m’ont forgé un vrai caractère. J’y ai rencontré d’ailleurs des personnes fabuleuses qui m’ont beaucoup inspiré. Mais il était grand temps pour moi de prendre une autre direction. Je ne me reconnaissais plus dans mes taches du quotidien. Je devenais acariâtre et je perdais le sens des réalités. Je restais muté dans un cercle vicieux de métro, boulot, dodo ou je croyais me sentir piégé. J’ai fais ce choix de me recentrer. J’aurais pu être embauché ailleurs et faire le même job… Hors de question ! C’est là ou bon nombre de questions sont arrivées.

Je fais quoi ?

Quels sont les points sur lesquels j’hésite à me reconvertir ?

Quel est mon niveau de vie actuel ?

Suis-je prêt à gagner moins pour tenter de vivre de ma passion ?

Quand dois-je me lancer ?

De nombreuses questions aussi bien excitantes qu’effrayantes.

La suite demain !

N'hésitez pas à me laisser vos impressions, commentaires si vous aussi vous avez pu vivre la même chose. 

©2019 by 1m62 / Camille JOLLY